Séquence 2. Humanisme, Réformes et conflits religieux

Vocabulaire :
-
Gravure : Image imprimée à partir d'une plaque de bois ou de métal sur laquelle un dessin a été gravé.
- Humaniste : Intellectuel de la Renaissance qui se consacre à l'étude de l'homme et des auteurs antiques.
- Indulgence : En échange d'un don fait à l'Église, les fidèles peuvent obtenir le pardon de leurs péchés et gagner
le paradis.
- Perspective : Art de créer l'illusion de la profondeur sur la surface plane d'un tableau.
- Réforme : Réorganisation de l'Église pour lui rendre son message premier.
- Renaissance : Période artistique européenne qui débute à la fin du XVe siècle en Italie, fondée sur la redécouverte de l'Antiquité et le renouveau général des arts.

 

 

Personnages : Léonard de Vinci, Laurent de Médicis, Luther et Calvin. Galilée, Copernic. François Rabelais

 

 

DATES :

 

vers 1450 : invention de l’imprimerie

XV-XVIe s. Renaissance en France.

 

XVIe s. Réformes et Guerres de religion.

Introduction :
 
Le Moyen-âge se termine en 1453 par la chute de Constantinople. Le XVe et XVIe siècle sont des périodes de grands changements pour l’Europe occidentale tant sur le plan culturel et intellectuel que du point de vue religieux.

Problématique : En quoi ont consisté ces changements ?

Séance 1. Renaissance et révolution de la pensée scientifique
 
Quels sont les bouleversements artistiques et scientifiques du XVe au XVIIe siècle ?
 
Activité 1. Florence, berceau de la Renaissance

Je retiens

A Florence, au XVe siècle, des artistes s’inspirent de l’art antique et renouvellent les techniques artistiques. Ils cherchent à retrouver les formes et les proportions des œuvres antiques, qu’ils jugent les plus belles et reprend les éléments d’architecture gréco-romains (colonne, frise, chapiteau, dôme), et le souci de symétrie. L’art s’inspire des thèmes antiques (sujets mythologiques ou religieux, représentation de corps nus). Dans la peinture on utilise la peinture à l’huile, on découvre la perspective, on utilise la technique du clair-obscur. Les artistes sont aidés dans leur recherche et leur création par des mécènes (Laurent de Médicis).

Activité 2. Galilée : la science face à l’église.

Je retiens

Un
siècle après que Copernic (1473-1543) a émis l’hypothèse de l’héliocentrisme, Galilée (1564-1642), mathématicien, physicien et astronome italien, la prouve par ses observations astronomiques. Il réussit en grande partie à expliquer le fonctionnement du système solaire. Ses découvertes scandalisent l’Église, car elle contredisent la Bible.

Activité 3. Léonard de Vinci, humaniste, savant et artiste de la Renaissance

Je retiens

Léonard de Vinci (1452-1519) est considéré comme l’artiste idéal de la Renaissance. Scientifique passionné, peintre talentueux, inventeur, il est aussi humaniste et philosophe.
Il s’inspire des auteurs antiques, tout en menant ses propres réflexions pour chercher dans l’homme et la nature des lois rigoureuses.
Son génie est reconnu par les plus grands mécènes italiens comme par le roi François I
er (1494-1547). 

Séance 2 . Crises religieuses et réformes

A la fin du Moyen-âge, les chrétiens sont bousculés par de nombreux évènements (guerres épidémies, famines). De plus, la science a fait des progrès, les arts se libèrent davantage,  les repères changent. L’imprimerie inventée par Gutenberg permet d’imprimer des ouvrages (Bible) à un plus nombre et de diffuser le savoir. La religion est remise en cause dans de nombreux domaines.

L’Église catholique est en crise à la fin du XVe siècle. Le Concile de Trente (1545-1563), se réforme en gardant le lien avec la tradition et la papauté. Des religieux comme Martin Luther ou Jean Calvin remettent en question son fonctionnement. Cette crise religieuse conduit à la création de nouvelles Églises, qui ne sont plus soumises à l’autorité du pape : les Églises protestantes ou réformées. Cette division provoque des guerres très violentes, qui déchirent l’Europe au XVIe siècle.

Séance 2 . Crises religieuses et réformes (version approfondie)

A la fin du Moyen-âge, les chrétiens sont bousculés par de nombreux évènements (guerres épidémies, famines). De plus, la science a fait des progrès, les arts se libèrent davantage,  les repères changent. La religion est remise en cause dans de nombreux domaines.
 
Comment l’unité de l’occident chrétien est-elle remise en question dès le XVIe siècle ?

A – L’Eglise catholique critiquée par certains.

  Au XVI
e  siècle, on accuse l’Eglise de trop vouloir s’enrichir sans se soucier de la population. Le pape Léon X avait besoin d’argent et il en a profité pour faire vendre des indulgences* : c'est-à-dire l’assurance d’aller au paradis à ceux qui les achètent. 

B – Luther et la création de l’Eglise protestante.

N’étant pas du tout d’accord avec le pape, Luther décide de former sa propre Eglise : l’Eglise protestante ou réformée. Il décide de ne conserver que deux sacrements : le baptême et la communion. Il condamne aussi le culte des saints et de la Vierge. Il remplace les prêtres par des pasteurs qui ont le droit de se marier (les évêques, cardinaux, et pape, etc. n’existent plus chez les protestants). Puis il traduit la Bible en allemand pour que chacun puisse la lire et la comprendre, alors qu’avant la Bible était en latin et était réservée aux clercs.

C – Les réformes calviniste et anglicane.

 
En France, les protestants sont vite persécutés. (Massacre de la saint Barthelemy, le 24 août 1572).L’un d’eux, Calvin, crée alors une nouvelle Eglise protestante : elle est plus sévère que celle de Luther.

 

En Angleterre, au XVIe siècle, le roi Henri VIII est excommunié par le pape pour avoir divorcé et s’être remarié. Le roi se proclame alors chef de l’Eglise anglicane. C’est une Eglise protestante qui n’a que deux sacrements mais qui conserve des évêques et de grandes cérémonies. 

D. La contre-Réforme catholique
 
Face aux contestations, l’Eglise catholique tente des réformes. L’inquisition (tribunal religieux qui lutte contre les hérésies, c’est-à-dire les pensées qui s’opposent au dogme de l’Eglise) est rétablie. Ignace de Loyola fonde l’ordre des Jésuites en 1534.

Le concile de Trente (1545-1563) se déroule dans un contexte de crise religieuse profonde (Rome doit faire face au schisme protestant et réformer son propre clergé). Face aux protestants, il est nécessaire pour elle de réaffirmer son dogme et de se doter de moyens lui permettant de faire face à ce schisme. Le concile de Trente participe à cette réforme de l’Église catholique même si ses effets ne se feront pas sentir avant le XVIIe siècle.
L’art baroque participe à cette tentative de réforme. 

POUR ALLER PLUS LOIN